Sucres et Ingrédients Santé


L'alimentation joue un rôle majeur dans la réponse aux traitements oncologiques et le risque de récidive chez une personne souffrant d'une pathologie cancéreuse. Continuer à bien manger est primordial pour optimiser le bénéfice des traitements.

40% des personnes atteintes de cancer sont dénutries et l'efficacité des traitements en est d'autant affectée.

Il faut en effet continuer à consommer des aliments sources de vitamines, minéraux, antioxydants, fibres... nécessaire à un bon équilibre alimentaire.

L'alimentation au sens large et la Nutrition sont une des principales valence des soins de support, proposés sous forme de suivi personnalisé, consultations diététiques, ateliers culinaires. Mais la Pâtisserie pure en elle-même n'est pas forcément abordée ou expliquée.

On entend trop souvent dire qu'il ne faut pas manger de sucre lorsqu'on est atteint d'une pathologie cancéreuse...Aucun argument ne soutient la thèse qu'un nutriment plus qu'un autre « va nourrir » la tumeur et qu'il faille l'évincer du régime alimentaire d'un patient traité pour un cancer. Sans sucres simples et sans glucides complexes, l'organisme ne peut mobiliser son système immunitaire suffisamment pour se défendre efficacement contre le développement de la maladie. Ce que confirme Philippe Pouillart, docteur en immuno-pharmacologie et enseignant-chercheur à l'institut UniLaSalle de Beauvais (Oise), et avec qui je collabore depuis le début de mon projet de mise en place des ateliers Pâtisserie Oncologie. 

La pâtisserie permet précisément de redonner toute sa légitimité au sucre et de lever les appréhensions contre-productives des patients. »


Les Sucres = Les Glucides

On distingue 2 types de sucres à savoir :

- Les Sucres dits "simples" absorbés dans l'heure qui suit leur ingestion. Il s'agit du sucre, des friandises et de tous les produits sucrés.

- Les sucres dit "complexes" qui demandent une digestion plus longue et mettent plusieurs heures pour être absorbés. Il s'agit de produits farineux (pain, pâtes, etc), de certains légumes comme le riz et les pommes de terre.

On les distingue par la taille de leurs molécules qui influences leur vitesse d'assimilation.

Qu'ils soient saccharose glucose, fructose, lactose ou miel, les produits sucrés sont des substances donnant une saveur douce. Ils proviennent principalement de végétaux tels que les plantes, les arbres, les fleurs, les céréales, les fruits et légumes ou de sécrétions animales.

Il existe environ une soixantaine de sucres différents chacun avec des propriétés bien spécifiques.

La glycémie est le taux de glucose contenu dans le sang. Elle augmente lors des prises alimentaires, de manière très variable selon les aliments constituant le repas. La régulation du taux de sucre sanguin est confiée au pancréas : lorsque la glycémie augmente, ce dernier sécrète de l'insuline. Plus la glycémie est élevée, plus la sécrétion d'insuline est importante. Cette hormone déclenche alors des mécanismes qui permettent de puiser les nutriments qui circulent dans le sang, faisant ainsi baisser la glycémie.

L'un de ces mécanismes consiste à stocker le sucre présent dans le sang sous forme de graisse corporelle. Le contrôle de la sécrétion d'insuline, au travers du contrôle de l'élévation de la glycémie, est donc un élément déterminant dans la prise ou dans la perte de poids. En cas de diabète ou de résistance à l'insuline, le contrôle de la glycémie est également primordial. L'index glycémique est un outil précieux pour maitriser ces variables au travers de l'alimentation 

L'index glucémique est un indice qui permet de mesurer l'effet glycémiant des aliments, c'est à dire leur capacité à élever la glycémie. Plus l'index glycémique (IG) est élevé, plus la glycémie augmente après la prise alimentaire. L'index glycémique de 100 correspond au glucose pur. On considère qu'un aliment a un index glycémique bas entre 0 et 50, moyen jusqu'à 70, et élevé au-delà.

Le tableau d'Index Glycémique est un tableau de référence qui liste les aliments les plus couramment consommés selon leur capacité à faire grimper le taux de sucre de notre sang lors de leur digestion et assimilation. Ce que révèle la mesure de leur indice glycémique ou IG : élevé, modéré, ou bas.


Les ingrédients Santé : 

Sont des plantes et épices aux propriétés phyto-nutritionnelles et médicinales reconnues par la pharmacopée qui permettent de limiter les effets secondaires des traitements oncologiques. L'usage de ces ingrédients et aides culinaires aux vertus médicinales a été validé par des experts en pharmaco-chimie du Groupe Pierre Fabre (Toulouse). Ils sont le fruit du travail collectif de l'équipe d'Unilasalle dirigée par Philippe Pouillart, aux côté du groupe de recherche translationnelle NEODIA, composé de patients.

Toutes ces recherches ont mené à la mise en place d'un site "Vite Fait Bienfaits", où vous pourrez retrouver toutes les informations complémentaires ainsi que dans le dernier ouvrage de Philippe Pouillart "Quelle alimentation pendant un cancer", paru fin 2019 aux éditions Privat.


Les Farines : 

La farine résulte principalement de la mouture des grains du blé ou d'autres céréales telles que le seigle, sarrasin, maïs, riz. Elle peut également être le produit du broyage de tubercules, pépins ou de certains végétaux farineux comme les châtaignes, les pois chiches, les lentilles, etc.

Il existe environ une trentaine de farines différentes, avec ou sans gluten, et avec un index glycémique différent.